Archive pour la catégorie 'Non classé'

Tryö

 

Groupe, chanteur : Tryö

Discographie :

1998 : Mamagubida

2000 : Faut qu’ils s’activent

2003 : grain de sable

2004 : De bouches à oreilles (live)

2006 : Fête ses 10 ans…

2008 : Ce que l’on sème

2009 : Sous les étoiles (live)

Titre du CD que j’ai choisi :  Grain de sable.

J’ai choisi ce CD en particulier car ma chanson préférée de Tryö est « Serre-moi »

graindesable.jpg

Pistes du Cd:

1) G8

2) Sortez-les

3)  Comme les journées sont longues

4) Pompafric

5) Si la vie m’a mis là

6) Dans les nuages

7) Monsieur Bibendum

8 ) Serre-moi

9) Ta réalité

10) Récréaction

11) Ballade en forêt

12) Désolé pour hier

13) Pas pareil

14) Apocalupticodramatic

15) J’ai un but

Serre-moi (ce n’est pas le clip officiel, mais il m’a touché.)

http://www.dailymotion.com/video/x92eci

Bio et Style musical :

Tryö est un groupe de chanson française à forte influence reggae.

C’est en 1995 que Guizmo et Manu Eveno rencontrent un jeune comédien et musicien : Christophe Mali ; dès lors ils forment le groupe Tryö. Quelques temps plus tard ils font la connaissance de l’actuel percussionniste de Tryö Daniel « Danielito » Bravo. C’est pour cela que bien que son nom puisse prêter à confusion, Tryö est composé de quatre membres sur scène : Guizmo, Christophe Mali, Manu Eveno, Daniel « Danielito » Bravo. Leur producteur exécutif et manager, Bibou prend une part artistique importante dans les activités du groupe, si bien qu’il représente le cinquième membre du groupe.

Les débuts de Tryö sont tournés vers une musique acoustique inspirée du reggae qui fera naître deux premiers albums Mamagubida et Faut qu’ils s’activent en 1998 et 2000. Avec leur troisième album Grain de sable en 2003 ils s’ouvrent à d’autres influences, leur dernier album en date Ce que l’on Sème sorti en septembre 2008 affirme cette évolution en proposant une palette musicale apportant des sons venant des quatre coins du monde, comme par exemple dans les morceaux Mrs Roy, Tombé mal ou encore El dulce de leche.
Tryö a su se détacher de la scène française traditionnelle par son approche engagée de la musique et le mélange vocal des trois chanteurs du groupe. Tryö est signé sur la major Sony BMG via le label Saint George.

La particularité du groupe se trouve dans leurs rares apparitions dans les médias et pendant longtemps dans les radios, préférant un bouche à oreille grandissant.

Pourquoi je l’ai choisi/ce que j’en ai pensé :

Un jour j’étais de bonne humeur, chez mon meilleur ami et Tryö tournait en boucle, ils m’ont mis trooooop de bonne humeur… donc encore une fois je n’ai pas choisis ce groupe, et encore une fois je dois remercier quelqu’un pour cette merveilleuse découverte. (MERCI Veans !).

Au niveau des textes, l’album « grain de sable » est un album engagé, qui cherche à faire réfléchir les gens sur beaucoup de sujets généralement en rapport avec les états et leurs gouvernements. Il nous démontre que nous sommes que des grains sables face aux surpuissants dirigeants de la planète, d’où le nom de l’album.

Pour ma part je préfère leurs chansons d’amour que les chansons sur le gouvernement etc… Maintenant je suis dans un autre état d’esprit également… d’où mon choix de la chanson ‘Serre-moi’. Chanson dans laquelle Tryö nous montre son coté romantique, enfin !  J’adore également le titre  » Ta réalité », une chanson qui me remonte le moral, car il est vrai que nous ne sommes pas tous égaux mais que les choix que nous faisons dans notre vie font ce que nous sommes aujourd’hui.

« désolé pour hier soir » est un morceau sur l’alcool, il montre (à ceux qui n’ont jamais connu l’alcool!) les déboires que crée celui-ci, il montre à quel point c’est dur de faire la fête sans lui. Il nous prouve que l’alcool prise tous les soirs crée un décalage par rapport à la société, avec un réveil à 15h,  une perte de mémoire de la soirée vécue, ce qui peut causer quelques problèmes parfois!! Tryö nous décrit aussi ces lendemains si difficiles où l’on se dit qu’on ne reprendra jamais de bitures, mais dès qu’il y a une occasion de refaire la fête, les bienfaits de l’alcool l’emporte sur ces méfaits!! C’est un morceau où beaucoup de gens se reconnaîtront et c’est un morceau que j’ai beaucoup apprécié.

Plus on écoute cet album, plus on l’aime.

Sites : http://www.tryo.com/site/

Conseil : Si vous êtes dans un « mode reggae », écoutez Tryö en marchant sous un soleil et un ciel bleu ! Bientôt les vacances !

un CD, un mot : Peace

Smileys : emoticone

Publié dans:Non classé |on 6 avril, 2010 |Pas de commentaires »

Le meilleur de JCVD

je l’ai trouvé sur facebook, j’ai tellement ri qu’il fallait que je vous le montre… Prêt?

 

« Le monde est composé de flèches et de molécules, et d’électricité, comme le Big-Bang, tu vois, et tout ça ensemble, ça forme l’Univers. Moi, Adam et Ève, j’y crois plus, tu vois, parce que je suis pas un idiot : la pomme, ça peut pas être mauvais, c’est plein de pectine… La plus belle religion qu’on puisse avoir, c’est de rentrer en soi-même et de digérer l’essence de la vie, se digérer soi-même et produire à partir de ça sa propre religion: l’instinct. Et l’aboutissement de l’instinct, c’est l’amour! Il faut apprendre à aimer. S’aimer d’abord soi-même pour pouvoir aimer les autres.  »

« Entre toi et moi il y a un produit qui s’appelle un produit, et c’est un produit qui s’appelle l’oxygène, alors si tu fais ça comme ça, tu vis, mais si je tue l’oxygène comme sur la lune, tu meurs ! L’air est fait d’oxygène CO2. Je suis fascine par l’air. Si on enlevait l’air du ciel, tous les oiseaux tomberaient par terre….Et les avions aussi…. En même temps l’air tu peux pas le toucher…ca existe et ca existe pas…Ca nourrit l’homme sans qu’il ait faim…It’s magic…L’air c’est beau en même temps tu peux pas le voir, c’est doux et tu peux pas le toucher…..L’air c’est un peu comme mon cerveau…  »

« La drogue, faut pas toucher, c’est sérieux… Moi j’ai touché, j’ai perdu le touch, j’avais plus le feeling de la vie… Ma brain était à l’envers dans ma tête. La drogue, c’est comme quand tu close your eyes et que tu traverses la rue… La coke… La coke… Y’a pas plus merdique que la coke, ok ? Ca arrête la tête, ça te fout tout en l’air ! On sait pas ce qu’on dit, on sait pas ce qu’on fait, ok ? La coke, faut pas toucher, c’est de la merde ! J’ai essayé, moi, de la battre. On peut pas la battre. Alors elle devient, quand on la connaît, elle devient un compagnon qu’on touche pas. Je suis allergique à la coke, c’est très simple. Et c’est pour ça que je sais parler maintenant, je suis en forme, j’ai peur de personne, je suis fort dans les yeux, parce que j’ai pas de coke, tu vois ?  »

« A l’an 3000, les gens vont se parler avec,…, les yeux, des ondes. Ne me prend pas pour un fou : les baleines le font, les dauphins aussi. Ce sont des animaux très intelligents dans la mer. Nous on vit dans la terre. Et eux se communiquent, vu qu’ils ne savent pas parler dans l’eau, ils sont forcés d’utiliser des ondes, des ondes de love ou de hate et la communication se fait comme ça.  »

« L’eau c’est quelque chose de concret mais pas concret. Parce que l’eau… peut me nourrir, mais aussi l’eau… peut me porter. Parce que l’eau… a des lois magiques. L’eau peut tenir des cargos dans la mer, des milliers de tonnes d’acier… C’est quelque chose qui a beaucoup de dimensions l’eau.  »

« On n’a pas la même perception du temps selon les species, c’est ce qui fait que je peux passer ma main entre toi et moi comme ça, parce que pour l’oxygène, une seconde, c’est peut-être dix secondes, et pour le béton, une seconde, c’est peut-être un millième de seconde… Parce qu’on a créé une réalité et dans notre réalité, on a inventé le temps: les 24 heures, les 365 jours par an. Ce qui est bien ! Comme ça on sait que quand je traverse le living-room et que je marche de ma cheminée à ma fenêtre, ça prend dix secondes mais pour l’oiseau, ça prend une seconde et pour l’oxygène zéro seconde !  »

« Les plantes par exemple, qui n’ont pas de mains, et pas d’oreilles, elles sentent les choses, les vibrations, elles sont plus aware que les autres species. Y’a des gens qui n’ont pas réussi parce qu’ils ne sont pas aware, ils ne sont pas « au courant ». Ils ne sont pas à l’attention de savoir qu’ils existent. Les pauvres, ils savent pas. Il faut réveiller les gens. C’est-à-dire qu’y a des gens qui font leur travail, qui font leurs études, ils ont un diplôme, ils sont au contact tout ça.  »

« Tu as un rhume et tu fais toujours « snif ». Faut que tu te mouches. Tu veux un mouchoir ? Alors y a des gens comme ça qui ne sont pas aware. Moi je suis aware tu vois, c’est un exemple, je suis aware. L’être humain a tellement l’habitude de parler et de regarder, temps en temps les gens qui sont aveugles sont plus awares que les gens qui voient, parce qu’ils sont obligés de sentir les sensations, les gens qu’ils aiment pas, qu’ils aiment bien, et les objets qui sont, et on est aware. Tu regardes à l’intérieur de toi et tu deviens aware of your own body !  »

« Mon modèle, c’est moi-même! Je suis mon meilleur modèle parce que je connais mes erreurs, mes qualités, mes victoires et mes défaites. Si je passe mon temps à prendre un autre modèle comme modèle, comment veux-tu que ce modèle puisse modeler dans la bonne ligne ? Il faut que tu crois encore plus ce que tu crois, et quand tu commences à croire ce que tu crois, y a personne au monde qui peut te bouger !  »

« L’être humain, en général, dans la vie, réacte. On réacte, c’est à dire qu’on fait ce qu’on est supposé faire. Travailler, manger… Je m’excuse de l’expression, chier, mais je trouve qu’un être humain doit créer. Ma devise, c’est toujours : se recréer. Il faut se recréer… pour recréer… a better you. Et ça, c’est très dur ! Et, et, et, et…. c’est très facile en même temps.  »

« J’adore les cacahuètes. Tu bois une bière et tu en as marre du goût. Alors tu manges des cacahuètes. Les cacahuètes c’est doux et salé, fort et tendre, comme une femme. Manger des cacahuètes, it’s a really strong feeling. Et après tu as de nouveau envie de boire de la bière. Les cacahuètes c’est le mouvement perpétuel à la portée de l’homme. Une noisette, je la casse entre mes fesses tu vois… »

« La vie, c’est quelque chose de très fort et de très beau…. La vie appartient a tous les vivants. It’s both a dream and a feeling. C’est être ce que nous ne sommes pas sans le rester. La vie c’est mourir aussi….Et mourir c’est vraiment strong…c’est rester en vie au delà de la mort…Tous ceux qui sont morts n’ignorent pas de le savoir.  »

« La mort, c’est la seconde dimension. La vraie dimension de la vie, c’est l’Univers ! Et c’est là où on revient, soit dans la même enveloppe, soit dans quelque chose d’autre dans laquelle on a envie de revenir et… on progresse. Le progrès sur la Vérité. Et je sais que même si tu comprends pas ce que je dis, tu le comprends.  »

« Bon je parle un peu vite. C’est pas un problème, non, si je suis rapide ? J’suis un mec qu’est rapide, je suis speed. Pourquoi ? Je mange que des légumes. »

 

 

Juste sublime ^^

Publié dans:Non classé |on 26 février, 2010 |1 Commentaire »

Blackmore’s Night

Groupe, chanteur : Blackmore’s Night

Discographie :

  • 1997 : Shadow Of The Moon
  • 1999 : Under A Violet Moon
  • 2001 : Fires At Midnight
  • 2002 : Past Times With Good Company (Live) (2 CD)
  • 2003 : Ghost Of A Rose
  • 2004 : Beyond The Sunset – The Romantic Collection (Compilation CD + DVD)
  • 2006 : Village Lanterne
  • 2006 : Winter Carols
  • 2008 : Secret Voyage

Titre du CD que j’ai choisi :  Village Lanterne

albumthevillagelanterne.jpg

Le premier que j’ai écouté d’eux.

Pistes du Cd:

1) 25 Years

2) Village Lanterne

3) I guess it doesn’t matter anymore

4) The Messenger

5) World of Stone

6) Faerie Queen

7) St. Teresa

8 ) VillageDance

9) Mond Tanz/ Child in Time

10) Streets of London

11) Just call my name (I’ll be there)

12) Olde Mill Inn

13) Windmills

14) Street of Dreams

Clip vidéo de Village Lanterne

http://www.dailymotion.com/video/x3c4ww

Bio et Style musical :

Blackmore’s Night est un groupe britannique de musique d’inspiration médiévale (ou renaissance), formé par Ritchie Blackmore et sa femme Candice Night.

Le groupe se produit régulièrement en concert dans des festivals de musique médiévales et renaissance, ou dans des lieux historiques (comme durant la tournée européenne « Castle and dreams« ).

———————————————————————————————————-

Critique : Depuis 1997 et la sortie de Shadow Of The Moon, Ritchie Blacmore a décidé de prendre tout le monde à contrepied et de suivre ses propres ambitions. Le groupe qu’il forme avec Candice Night, sa compagne à la ville, lui permet de laisser libre cours à un trip médiéval romantique pour lequel il fut à ses débuts conspué et méprisé. Mais le vieux Ritchie, têtu, a fini par se retrouver un public, et si le Blackmore’s Night de 2006 est toujours bien loin de Deep Purple et de Rainbow, on sent bien qu’il y a toujours une âme de rockeur chez le compositeur de ces ballades d’un autre temps.

Ritchie Blackmore a choisi de privilégier l’originalité et la mélodie dans ses chansons, négligeant ainsi volontairement ses compétences de guitariste unanimement reconnues. « Mon public veut entendre de vraies chansons, et pas le délire d’un gratteux« , déclare-t’il. Mais attention, si The Village Lanterne ne met pas l’accent sur l’enquillage de notes, il est certains morceaux qui ne sont pas à la portée du premier venu! Jouant essentiellement en acoustique dorénavant, Blackmore est toujours flamboyant dans « The Messenger », « Village Dance » ou « St. Teresa »: cette dernière partant après une introduction tonitruante dans un hard-rock celtique barré et surprenant. Avec « I Guess It Doesn’t Matter » et les popisants « Just Call My Name » et « Street Of Dreams », ce seront les seules occasions pour Blackmore de rebrancher sa vieille guitare vintage. Plus énergiques que le reste, ces chansons perpétuent malgré tout le gimmick de la mélodie qui tue, et de fait s’intègrent parfaitement au concept. C’est là que le moustachu renoue avec son passé…

Mais pas seulement…Car The Village Lanterne, comme un pied de nez aux détracteurs de Blackmore’s Night, contient une improbable reprise du tube de Deep Purple, le balladesque « Child In time », introduit ici par une « Mond Tanz » typée folklore breton. Ce petit moment de bonheur nostalgique, de plus, met à l’honneur une Candice Night rivalisant avec les hurlements de Ian Gillan par de jolies vocalises mélancoliques. La voix angélique de la blonde est taillée sur mesure aux atmosphère de Blackmore’s Night, oscillant entre tristesse, candeur et joie. Elle fait, par exemple, de « Faerie Queen » l’archétype de ce que cherche à faire passer comme sentiments son guitariste de compagnon, posant avec une telle légèreté son chant sur cette ballade typiquement médiévale. Touchant. Dans le même registre, la reprise de Ralph Mc Tell « Streets Of London » ou le langoureux « Windmills » ne décoivent pas une seconde.

Puisant son inspiration dans les folklores hispanique, oriental, celtique ou encore dans la country (« Old Mill Inn »), Ritchie Blackmore livre un disque d’une grande homogénéité, convertissant toutes ces influences à l’esprit ménestrel. Nous sommes à bien des lieues du hard-rock d’antan, excepté quelques titres, mais nous sommes à même de reconnaître après coup les aspects que le guitar-hero a toujours privilégié dans ses compositions, que sont la mélodie et l’émotion. Il va pourtant sans dire que The Village Lanterne ne s’adresse pas aux nostalgiques de Rainbow et de Deep Purple, si ceux-ci ne sont pas ouverts aux nouvelles idées de leur ex-idole. Je trouve pour ma part ce disque tout-à-fait recommandable, rockeurs ou pas. C’est juste joli. Ca fait du bien parfois.

Pourquoi je l’ai choisi/ce que j’en ai pensé :

C’est un ami qui m’a fait découvrir ce groupe (Merci Charles. *s’incline*), il me racontait qu’il les écoutait le soir pour s’endormir, alors j’ai décidé d’adopter le même rythme que lui, les mêmes habitudes. Le soir, les écouteurs de mon Ipod dans les oreilles et un bon livre dans les mains je me laisse bercer par le son mélodieux de ce groupe. Le son de la guitare acoustique est presque onirique… c’est beau, ce style médiévale, renaissance.. je ne m’en lasse pas..

Le talent de Richie Blackmore et de Candice Night n’est plus à démontrer et j’aimerais souligner que la richesse de leur musique n’est pas une affaire de mode !

Sites : http://www.blackmoresnight.com/

fan club : http://www.blackmoresnight.fr/index.html

Conseil : Pour tous les fan du médiévale.

Smileys : emoticone

Publié dans:Non classé |on 10 janvier, 2010 |Pas de commentaires »

Harry Potter

Auteur : JK Rowling

Bibliographie :   La bibliographie de JK Rowling est impressionnante, je vais vous mettre les éléments essentiels.

2.jpg

Famille, enfance et éducation

Ses parents, Peter Rowling (né en 1945) et Anne Rowling née Volant (1945-1990), d’origine française, venaient tous les deux de Londres. Ils se marièrent en mars 1965, quatre mois avant la naissance de Joanne. Son nom complet est Joanne Rowling, et non « Joanne Kathleen Rowling », “Kathleen” étant le prénom de sa grand-mère, utilisé pour ses romans. Le 28 juin 1967, Anne Rowling donne naissance à sa seconde fille Dianne, qui travaille aujourd’hui comme juriste.

Rowling écrit son premier récit complet à l’âge de six ans. Il s’agit de l’histoire d’un lapin, intitulée Lapin (Rabbit en version originale). À l’école, elle est terrorisée par sa maîtresse d’école primaire, qui place les enfants dans la classe en fonction de l’intelligence qu’elle leur prête, les plus brillants à gauche, les plus stupides à droite. « J’étais aussi loin à droite qu’on pouvait l’être sans être assis dans la cour de récréation », se souvient Joanne.

À l’école secondaire, « tranquille, myope, couverte de taches de rousseur et nulle en sport », Rowling raconte déjà à ses amies de longs récits nés de son imagination et sa matière préférée était l’anglais, suivie par les langues. Pour son baccalauréat, elle a choisi des matières essentiellement linguistiques, c’est-à-dire l’anglais, le français et l’allemand. Elle reçoit la note “A” dans ses examens finaux, qu’elle passe dans les deux premières matières, et obtient un “B” en allemand. Ses études scolaires étant terminées, Rowling fait une demande d’inscription à l’université d’Oxford, mais son dossier est refusé car l’école dont elle vient ne jouit pas d’une bonne réputation. À l’université d’Exeter, elle étudie le français et la littérature antique de 1983 à 1987 pour faire plaisir à ses parents qui veulent faire d’elle une secrétaire bilingue. Elle abandonne la littérature antique après avoir oublié de s’inscrire aux examens. Rowling passe l’an 1985 à Paris pour y améliorer sa maîtrise de la langue française. Finalement, Rowling termine ses études avec un diplôme de deuxième classe niveau inférieur. Mais elle était quand même une « Hermione ». Elle a été décorée des insignes de la Légion d’Honneur le 3 février 2009 à 18h00 au palais de l’Elysée par le président Sarkozy.

Le premier mariage

Pour changer d’air, Joanne Rowling part pour Porto, au Portugal, pour y enseigner l’anglais. Tous les matins, avant d’aller travailler, elle rédige les aventures de Harry Potter. Rowling se marie le 16 octobre 1992 avec le journaliste portugais Jorge Arantes. Ayant fait une fausse couche, elle finit par donner naissance à sa fille Jessica Isabel Rowling Arantes le 27 juillet 1993. Cependant, le couple se dispute de plus en plus souvent et en novembre 1993 Joanne Rowling est jetée dehors par son mari. Le mariage se solde par un divorce en 1995 et elle retourne au Royaume-Uni pour s’installer chez sa sœur à Édimbourg, où elle vit d’allocations.

Le second mariage

En dépit de sa célébrité, J. K. Rowling mène une vie tranquille dans le Perthshire et ne donne quasiment pas d’interviews. Le 26 décembre 2001, elle se remarie avec le médecin anesthésiste Neil Michael Murray : cérémonie privée qui a lieu dans sa maison. Le 23 mars 2003, Rowling met au monde son fils David Gordon Rowling Murray. Deux ans plus tard, le 23 janvier 2005, elle accouche d’une fille, Mackenzie Jean Rowling Murray.

La saga « Harry Potter » 

C’est lors d’un voyage en train de Manchester à Londres qu’elle concocte dans sa tête l’histoire d’un jeune garçon qui découvre ses talents de magicien, et part dans une école de sorciers. « L’idée est simplement venue se balader dans ma tête, pleinement formée. » dira-t-elle. A son arrivée en gare de King’s Cross, beaucoup des personnages avaient déjà pris forme. La mort de sa mère, décédée d’une sclérose en 1990, inspirera probablement les sentiments que nourrit son héros orphelin à l’égard de ses parents décédés.

Un succès mondial 

« Le seul moyen d’endormir Jessica était de la promener en poussette », a raconté l’écrivain, qui allait la promener jusqu’à un café où elle écrivait. Le livre achevé, elle envoie les trois premiers chapitres à un agent, qui n’est pas intéressé. Un second agent accepte de la représenter, mais il lui faut un an pour trouver un éditeur, Bloomsbury, en août 1996. À la publication de son premier tome, Bloomsbury craint que le groupe-cible de petits garçons rechigne à acheter des livres écrits par une femme. Il lui demande par conséquent d’utiliser deux initiales plutôt que de révéler son prénom. N’ayant pas de deuxième prénom, elle choisit « K » en pensant à sa grand-mère Kathleen, comme seconde initiale de son pseudonyme. « Kathleen » n’a donc jamais fait partie de son nom légal.

En France, elle remporte le prix Sorcières du roman en 1999 et le Prix Tam-Tam du livre de jeunesse 1999, catégorie Je Bouquine avec son livre Harry Potter à l’école des sorciers.

Les trois premiers tomes sont des succès de librairie et elle se consacre à l’écriture. Au quatrième tome, Harry Potter devient un phénomène de société : à sa sortie, parents et enfants font la queue pour mettre la main dessus.

Traduits en plus de 60 langues, les six premiers romans se sont vendus à 325 millions d’exemplaires au total. Dix jours après son lancement, le tome 7 est déjà écoulé à plus de 11 millions d’exemplaires. Les six premiers épisodes ont été adaptés au cinéma. Les produits dérivés remplissent les rayons des magasins de jouets.

Autour de la saga

J.K Rowling a ensuite écrit à la main les Les Contes de Beedle le Barde en seulement sept exemplaires, dont six destinés principalement à ses proches. Le septième a été vendu lors d’une mise aux enchères le 13 décembre 2007 à Sotheby’s au profit de l’association The Children Voice pour un montant de 1 950 000£. L’ouvrage est composé de cinq contes: Le Conte des Trois Frères, La Fontaine de la Bonne Fortune, Le Sorcier et la Marmite Sauteuse, Lapina la Babille et sa queue qui caquetait ainsi qu’un inédit: The Warlock’s Hairy Heart.

L’auteur des aventures de Harry Potter ainsi que la Warner Bros ont porté plainte en 2007 contre la publication d’une encyclopédie non-officielle écrite par Steve Vander Ark, le webmaster du site Internet HP Lexicon. J.K Rowling a en effet annoncé qu’elle avait l’intention de publier sa propre encyclopédie, dont les ventes seront entièrement reversées à des œuvres caritatives et qu’elle n’approuve donc aucun manuel spécialisé ou encyclopédie «susceptible de devancer son propre livre référence sur Harry Potter».

Le 17 septembre, sur Twitter, elle a donné de ses nouvelles et annoncé qu’elle était entrain d’écrire autre chose. Je la cite  » ………….as pen and paper is my priority at the moment »

 Ses romans :

Les Harry Potter

  1. Harry Potter à l’école des sorciers (1997)
    • Titre original : Harry Potter and the Philosopher’s Stone
  2. Harry Potter et la Chambre des secrets (1998)
    • Titre original : Harry Potter and the Chamber of Secrets
  3. Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban (1999)
    • Titre original : Harry Potter and the Prisoner of Azkaban
  4. Harry Potter et la Coupe de feu (2000)
    • Titre original : Harry Potter and the Goblet of Fire
  5. Harry Potter et l’Ordre du phénix (2003)
    • Titre original : Harry Potter and the Order of the Phoenix
  6. Harry Potter et le Prince de sang-mêlé (2005)
    • Titre original : Harry Potter and the Half-Blood Prince
  7. Harry Potter et les Reliques de la Mort (2007)
    • Titre original : Harry Potter and the Deathly Hallows

Le Quidditch à travers les âges (Quidditch through the Ages) (Mars 2001)

Les Animaux fantastiques (Fantastic Beasts and Where to Find Them) (Mars 2001)

Les Contes de Beedle le Barde (The Tales of Beedle the Bard) (Décembre 2008)

Je pense qu’il ne sert à rien de vous parler des films, vous les avez sans doute déjà tous vu, il n’empêche que je sais que certains d’entre vous n’ont pas encore pris la peine de lire les livres….Donc j’ai choisi de vous parler des romans plutôt que des films.

Titre du livre choisi : Harry Potter à l’école des sorciers (Harry Potter and the Philosopher’s Stone)

1.jpg

Résumé du dos du livre : Autant commencer par le premier ^^

Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant vient le chercher pour l’emmener à Poudlard, la célèbre école de sorcellerie où une place l’attend depuis toujours. Voler sur des balais, jeter des sorts, combattre les Trolls : Harry Potter se révèle un sorcier vraiment doué. Mais quel mystère entoure sa naissance et qui est l’effroyable V…, le mage dont personne n’ose prononcer le nom?

Pourquoi j’ai choisi ce livre/ce que j’en ai pensé :

Au contraire de tous le monde je ne me suis pas laissé submergée par la sortie du livre soit disant Best Seller de l’année.. Du moins pas au début. J’ai commencé à lire Harry potter quand le film 4 était entrain d’arriver au cinéma. Je ne lisais plus du tout depuis presque une année entière, ce qui, ceux qui me connaissent le savent, est très très étrange et anormal pour moi. Je n’avais plus le goût de la lecture, tout m’ennuyait… Mon namoureux avait le Tome 1 des Harry Potter dans sa bibliothèque et l’a ressorti pour moi en me disant : « Je sais que tu ne veux plus rien lire, mais essaye au moins celui-ci »… Je me suis fais avoir, s’en ai suivi une Harry Potter mania, je voulais voir tous les films, lire tous les livres, j’ai fais un millier de recherche, j’essayais de « vendre » ce livre à tous le monde…

J’ai forcé mon meilleur ami, grand lecteur en panne lui aussi, à le lire… Au début il ne voulait prendre que le tome 1, je lui ais dis d’au moins prendre les deux premiers car ces livres se lisent très vite… Effectivement, dans la semaine, il est venu m’emprunter la suite ;) .

À New York j’ai trouvé le Tome 1 en anglais, à 1 $ dans une vieille librairie de coin de rue (The Shop Around The Corner ??!! ^^)…L’histoire en version originale est encore plus délectable…

Il n’y a pas de mot pour décrire ce que Harry Potter a apporté dans ma vie, je dirais juste qu’il m’a sauvé.. Il est tombé au bon moment et sans lui je ne lirais sans doute toujours plus aujourd’hui. Je suis extrêmement redevable envers JK Rowling pour ses livres…

——————

A la lecture du premier tome, c’est vrai que je me suis laissée séduire par l’histoire de notre sorcier en herbe et surtout par l’imagination ahurissante de l’auteur, qui recycle bon nombre de mythes et symboles de l’imaginaire occidental (anglo-saxon en particulier, c’est une évidence). Cela dit, s’il s’agit clairement de recyclage, celui-ci apporte réellement du neuf et de la magie. En cela déjà c’est une réussite.

Harry Potter est un livre pour enfant, certes, mais en le lisant vous vous attacherez aux personnages, aux lieux, à la magie que ce livre contient. Là est la force d’Harry Potter, c’est envoûtant et J.K. Rowling a gardé et utilisé à merveille les bons vieux clichés sur la magie. Je ne veux pas dire que ces clichés rendent le livre inintéressant mais qui, au contraire, rendent l’histoire bien plus fantastique. Des baguettes magiques, des formules magiques, de vieilles créatures mythologiques, un vieux barbu ressemblant étrangement à Gandalf (Lord of the rings)… Toutes ces choses seraient ennuyeuses s’il n’y avait que ça, mais l’auteur a parsemé ces livres de choses nouvelles, de touches d’humour et les personnages sont très charismatiques.

 

Conseil : Lisez le, c’est tout… N’ayez pas honte d’ouvrir un Harry Potter, ce n’est pas que pour les enfants !

Un livre un mot : Magique

Smiley :emoticone

Publié dans:Non classé |on 4 janvier, 2010 |Pas de commentaires »

Fall Out Boy

Groupe, chanteur : Fall Out Boy

Discographie :

2003 : Take This To Your Grave

2004 : My Heart Will Always Be The B-Side To My Tongue

2005 : From Under The Cork Tree

2007 : Infinity On High

2008 : Live in Phoenix

2008 : Folie à Deux

Titre du CD que j’ai choisi :  Believers Never Die – Greatest Hits

J’ai écouté beaucoup de chansons d’eux en « melting pot » donc je ne peux pas vous dire quel album j’aime le plus, je vais donc vous proposer le dernier, vu que c’est un « Greatest Hits ».

Pistes du Cd:

1. Dead On Arrival

2. Grand Theft Autumn / Where Is Your Boy

3. Saturday

4. Sugar, We’re Goin Down

5. Dance, Dance

6. A Little Less Sixteen Candles, A Little More « Touch Me »

7. This Ain’t A Scene, It’s An Arms Race

8. Thnks fr th Mmrs

9. The Take Over, The Breaks Over

10. I’m Like A Lawyer With The Way I’m Always Trying To Get You Off

11. Beat It

12. I Don’t Care

13. America’s Suitehearts

14. What A Catch, Donnie

15. Alpha Dog

16. From Now On We Are Enemies

17. Yule Shoot Your Eye Out

18. Growing Up

Pochette de l’album : 61pdaur5kl.jpg

[Edit de dernière minute] Je viens d’obtenir l’album Infinity On High, un pure chef d’oeuvre, j’en suis tombée amoureuse dès la première chanson.

Bio et Style musical :

Le Groupe Fall Out Boy voit le jour en 2001. Composé de Patrick Stump (chanteur/guitariste), Andrew Hurley (batteur), Joseph Trohman (guitariste) et Pete Wentz (bassiste/chœurs), le groupe de rock s’investit dans un premier temps sur la production d’une maquette éponyme qui voit le jour en 2001. Deux ans plus tard, le quatuor livre son premier véritable album, Fall Out Boy’s Evening Out with Your Girlfriend. Le second opus de la formation, Take this to your grave, arrive dans les bacs en 2003. Suivent My Heart Will Always Be B-Side To My Tongue (2004), From Under The Cork Tree (2005) qui les rendra célèbres suite à de nombreux passages aux médias et Infinity On High (2007). Les Fall Out Boy ont sortis leur avant dernier album le 16 décembre 2008, Folie à deux, inspiré par des artistes tels que AC/DC.

Fall Out Boy est un groupe de musique de Rock Alternatif et de Pop Rock américain.

Pourquoi je l’ai choisi/ce que j’en ai pensé : J’ai commencé à connaitre Fall Out Boy à cause de/Grâce à la série télévisée « One three Hill » (les frères Scott). J’ai retrouvé plusieurs de leurs titres sur les différentes BO des saisons de cette série.

J’aime bien le style de Fall Out Boy car ils mettent la pèche. La voix de Patrick (chanteur) m’a particulièrement fascinée, le nombre d’octaves qu’il peut franchir, un chanteur qui pourrait chanter dans tous les registres. Ses sauts de notes sont impressionnants à entendre.

Fall Out Boy ont la touche magique pour créer des mélodies accrocheuses qui vous resteront dans la tête et enchanteront votre réveil, ou votre douche (comme moi ^^). Avec eux c’est peps et énergie, une musique que l’on peut écouter partout, qui vous vide la tête et qui divertit.

Sites : http://www.falloutboyrock.com/ et http://falloutboyrock.artistes.universalmusic.fr/

Conseil : Pour tous ceux qui ont le besoin viscéral de danser, crier, rire ou bouger. *se trémousse dans tous les sens*.

Un CD, un mot: Entrainant.

Smileys : emoticone

Extrait de « Dont’t you know who I think I am »

Publié dans:Non classé |on 7 décembre, 2009 |Pas de commentaires »

Moove-Paper

Un papier peint amovible, magnétique et repositionnable !

Une décoration murale qui soit à la fois éphémère et réutilisable, ça existe ? Bein oui, c’est tout le principe du Moove-Paper, le papier peint magnétique!

Le papier peint magnétique est à la fois amovible, repositionnable et personnalisable.

D’après la publicité du produit, la pose est très simple et très rapide. Il suffit d’appliquer une feuille magnétique adhésive sur un support défini puis de poser le papier peint imprimé. On peut ainsi recouvrir un mur entier.  Moove-Paper propose plusieurs collections, chacune d’elle permet de créer une mise en scène extraordinaire dans une pièce de la maison.

Je ne sais pas combien cela peut couter, à mon avis ce n’est pas dérisoire, je sais que pour le commander il faut aller sur le site officiel (contact) et donner les dimensions de son mur.

Mon père avait un style de papier peint comme ça, je le détestais car on ne pouvait pas en changer et qu’au fur et à mesure des années il ternissait ! Ici plus de problèmes de collage fastidieux, les doigts plein de colle, les bulles d’air et autre joyeuseries de la pose classique de tapisserie.

Je vous laisse découvrir tout ça sur le site officiel : http://www.moove-paper.com

Voici quelques mises en situations de ce papier peint magique :

mpsalongaleriedesglaces.jpgpapier2.jpg02380020.jpg7d993c321dpeint6.jpg7d96fbc22paper1.jpg

 

Publié dans:Non classé |on 29 novembre, 2009 |2 Commentaires »

Marianne

Cette semaine rien vu, rien lu, rien entendu… Cette semaine j’ai gardé les yeux fermés…

La vie est injuste.

Je t’aime, tu vas me manquer.

mars073.jpg1000239.jpg27dc064.jpg

Publié dans:Non classé |on 19 novembre, 2009 |Pas de commentaires »

Des microbes adorables

Avec la phobie de la grippe et tout ça j’ai fais des recherches, voir un peu à quoi cette grippe tant détestée ressemblait… et je suis tombée sur le cul… Hé oui… Il s’avère que les microbes qu’on déteste tant sont en fait tout mignons… Enfin du moins ceux que j’ai trouvés emoticone… Pour preuve le site d’achat des microbes, oui oui vous avez bien entendu, on peut les acheter… hihi…

http://www.giantmicrobes.com/fr/orderform.php

(Site US, encore.. mais il y a moyen de changer la langue, voir de quoi on parle ! J’adore la tronche de la pénicilline, moi qui suis hypra allergique c’est le seul que je pourrais approcher hé hé )

Pénicilline…penicillin.jpg Trop chouuuu…

Et la toxoplasmose… toxoplasmosis.jpg  pour ma petite soeur qui ne doit absolument pas l’attraper…

Publié dans:Non classé |on 10 novembre, 2009 |1 Commentaire »

Halloween 2009 à Londres

Ce que j’ai vu : Londres…haha bein oui c’est malin !

Ce que j’ai lu : Des cartes de la ville, des plans de métro, des enseignes de magasins, et dans les trains: « Mortel corps à corps » (la communauté du sud, tome 3) de Charlaine Harris.

Ce que j’ai entendu : beaucoup d’anglais.. et d’autres langues (Communauté de 270 nationalités différentes à Londres.).

Mes photos : http://picasaweb.google.com/Nyphaie

Publié dans:Non classé |on 3 novembre, 2009 |Pas de commentaires »

Origines et traditions d’Halloween

citrouille.jpg

Ma soeur adore les décorations, et même si Halloween ne dure qu’un seul jour, tout le mois d’octobre se transforme en soir d’Halloween pour elle… Fantômes, sorcières et squelettes rodent à sa porte.

En voyant ses fenêtres illuminées d’orange et de citrouille je me suis demandé d’où pouvait bien venir exactement cette tradition. Mon père me disait souvent que c’était irlandais, pourquoi nier ses origines… Je suis d’autant plus fière d’avoir du sang irlandais car j’adore cette fête.

Cette année j’ai même décidé de partir à Londres pour fêter Halloween. Dans 1 jours, 15 heures et approximativement 20 minutes je serais dans l’Eurostar… Je me réjouis si vous saviez !

eurostartraintravel.jpg  londonbigbenphonebox1.jpg

 

halloweenspvm.jpg

Voici ce que j’ai trouvé sur les origines de cette nuit du diable…

C’était autrefois une fête religieuse. Halloween (nom anglais) est l’abréviation de All Hallow’s Eve, c’est à dire « La veille avant la Toussaint » (Hallow venant de Holy : saint). Malgré cela son origine est païenne* : une ancienne fête celte en l’honneur du Samain (dieu de la mort) et une autre fête, romaine celle-la, en l’honneur de la déesse des fruits et des arbres Pomona. Les couleurs d’Halloween, noir et orange, combinent les deux idées : la mort et la moisson.

L’habitude de se déguiser en fantômes vient des Celtes qui, autour du feu allumé par les druides pour guider les esprits, s’habillaient d’horribles et effrayants vêtements de façon à ce que les démons les prennent pour d’autres démons et ne leur fassent pas de mal. On prétendait qu’à cette soirée les fantômes sortaient de leurs tombeaux et que des fées malfaisantes chevauchaient des balais ou des chats noirs traversaient les airs.

v425610011216982603.jpg

Autre époque, autre histoire, on raconte encore la légende d’un Irlandais répondant au nom de « Jack » qui était un ivrogne patenté et avare. Un soir dans son pub**, le Diable apparut pour lui demander son âme. Habilement, Jack le persuada de prendre un verre avec lui avant qu’ils ne partent ensemble. Pour payer son verre, le Diable se transforma en pièce de six pence que Jack saisit immédiatement. Il la mit dans son sac qui avait une serrure en forme de croix, empêchant ainsi le Diable de partir.


Finalement, Jack libéra le Diable à condition qu’il le laissa tranquille une année de plus. Douze mois plus tard, Jack fit une autre farce au Diable qui venait le chercher, le laissant en bas d’un arbre avec la promesse qu’il ne le poursuivrait plus.


Quelques années plus tard, Jack mourut. Chassé du Paradis parce qu’il avait été trop avare, il l’était aussi de l’Enfer à cause de ses mauvaises plaisanteries, Jack, en désespoir, marchanda avec le Diable pour qu’il lui donne du charbon brûlant pour éclairer son chemin dans le noir. Jack le mit dans le creux d’un navet qu’il était en train de manger, et comme le dit l’histoire, il fut condamné à marcher avec sa lanterne, jusqu’à la fin des temps.

Voilà pourquoi les Anglais et Irlandais, qui ne connaissaient pas la citrouille, creusaient des betteraves, des pommes de terre et des navets pour en faire des têtes affreuses et illuminées avec des bougies. Ils les utilisaient comme lanterne d’Halloween. Cette coutume a gagné les États – Unis, où l’on a utilisé alors les citrouilles nettement plus faciles à sculpter.

hauntedhouselg.jpg

En Angleterre, Halloween était autrefois appelé «la nuit du casse-noisettes» ou la nuit de la pomme croquante ». Les familles réunies autour du feu racontaient des histoires tout en mangeant des noisettes et des pommes. Ce jour-là, les pauvres recevaient « les gâteaux de l’esprit ».

Aujourd’hui, Halloween est essentiellement la fête des enfants. Ils se déguisent, encore en diables, fantômes, sorcières, vampires, et squelettes, etc. Les maisons sont décorées aux fenêtres et aux portes, toujours en rapport avec la coutume, de chauves-souris, chats noirs, hiboux, sorcières, mais surtout de potirons sous toutes ses formes.

Les enfants, en groupe, vont de portes en portes, réclamant bonbons et friandises. Et gare à celui qui refuse… Les bons petits diables se vengeront avec toutes sortes se plaisanteries comme savonner les fenêtres, écrire sur les murs, retourner les poubelles, tirer les sonnettes, etc.

Dans les grandes villes, où l’on ne se connaît guère entres voisins, on a plutôt coutume de faire des réunions familiales ou amicales, alors que des feux de joie, des défilés costumés et des danses sont organisés.

 

* non chrétienne                   ** café Irlandais

Happy Halloween ! citrouillehalloween250x236.jpg  Et à mardi  !

*Fini de ranger son sac à dos*

*LONDON BABY !* (Pour les connaisseurs^^)

 

Publié dans:Non classé |on 29 octobre, 2009 |2 Commentaires »
123

AIME TON PROCHAIN COMME TOI... |
SunsystemsRéunion |
PEMACY |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La retraite ça se prépare
| facilitatricedevie
| Mouvement citoyen (ne) Cong...